(Re) Découvrez les 26 airs de Gilles !

C’est l’été, vous êtes en terrasse un verre de rosé (ou de bière!) à la main… Par nostalgie vous vous dites “La période des carnavals est tellement loin et tellement proche en même temps, je m’écouterais bien quelques airs de gilles pour me remonter le moral !”. Vous êtes au bon endroit ! Vous retrouverez sur Petit Gille les 26 airs de gilles que nous chérissons tous.

J’ai eu l’occasion d’interviewer Jérôme Point, ingénieur son dans la région de Binche, grand fan de notre folklore mais surtout l’homme derrière l’enregistrement du CD “Les Airs du Carnaval de Binche” sorti fin 2018.
Jérôme nous détaille, ci-dessous, l’histoire derrière ce projet de qualité et son retour sur cette expérience. Bonne lecture et bonne écoute !

Bonjour Jérome ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Jérôme, j’ai 47 ans. Je suis né à Binche. J’ai toujours été passionné par la musique de façon générale ainsi que par ce qui touche à la technique. Je suis ingénieur du son depuis plus de vingt ans et également régisseur pour divers événements. Mon univers professionnel est orienté vers tout ce qui touche au spectacle. J’ai travaillé sur de nombreux concerts en Belgique et ailleurs, j’ai participé à la plupart des grands festivals belges. J’ai également fait de la tournée avec plusieurs artistes.

Comment es-tu tombé amoureux de ce folklore ?

Je dirais que je suis tombé dedans quand j’étais petit. J’ai fait le paysan à Binche quand j’étais au collège. J’ai un peu laissé tomber le folklore au moment de faire mes études puis emporté dans le mouvement d’un travail prenant, je suis resté un peu loin de tout ça. Au bout d’un certain temps, j’ai ressenti le besoin de me rapprocher de mes racines et j’ai décidé de faire le gille au sein de la société Les Récalcitrants. je n’envisage plus désormais de vivre le carnaval autrement.

J’ai toujours aimé Le Pas De Charge pour l’intensité qu’il y a dans ce morceau mais depuis l’album, le fait d’avoir écouté les airs autrement, Eloi A Charleroi m’a séduit par sa musicalité, j’adore la version que nous avons réalisé.

D’où t’es venue l’idée de créer un CD sur les airs du carnaval ?

L’idée m’est venue il y a cinq ou six ans en faisant le constat qu’il n’y avait pas de traces sonores récentes du carnaval de Binche et qu’il était peut être temps de réaliser un nouvel enregistrement avec des techniques modernes. Ce fut aussi amusant d’envisager ce challenge car enregistrer et réaliser un album était un exercice totalement nouveau pour moi qui suis habitué à mixer de la musique jouée en live sur une scène.

Comment t’es-tu débrouillé pour dénicher une musique et une batterie désirant participer à ton projet ?

C’est très simple, j’en ai parlé un soir de soumonce avec Damien Cornet, chef de musique des Récalcitrants et également ingénieur du son. L’idée était lancée. Nous en avons parlé à Thierry Brulez, chef de batterie de la société qui a donné de suite son accord.

Où as-tu enregistré les 26 airs de gilles du carnaval de Binche ? Et pourquoi avoir choisi cet endroit ?

L’ enregistrement a été réalisé en août 2018 à Binche sur un terrain privé. Je voulais enregistrer en extérieur et éviter l’atmosphère d’un studio. J’avais décidé de faire ça “intra muros” mais je voulais aussi garder un caractère un peu confidentiel donc le site ne devait pas être accessible au public. Les musiciens ont donc joué dans le jardin de Monsieur Bertrand Tombal qui a dû me prendre pour un fou lorsque je lui ai demandé de faire ça chez lui. Je lui suis reconnaissant d’avoir accepté. Ce qui m’intéressait dans cet endroit, c’est le fait que j’allais éviter pas mal de réverbération du sol mais par contre je voulais la réverbération naturelle de la maison et du mur d’ enceinte du jardin qui me permettaient d’avoir cette atmosphère de “rue”.

Pourrais-tu donner le nom de la batterie et de la musique et pourquoi les avoir choisis ?

C’est donc la batterie des Brûlez et la musique Cornet qui ont joué sur l’album. Mon choix est surtout lié au fait que le projet était aussi porté par Damien Cornet et qu’il nous a paru évident d’avoir un groupe de personnes qui avaient l’habitude de jouer ensemble!

Beaucoup de gens ont participé à la réalisation de cet album et ont cru en cette idée, je leur dois beaucoup. Ce serait trop long de tous les nommer. Je les remercie du fond du cœur. Merci à vous de prêter attention à notre travail, je vous souhaite de prendre du plaisir à l’écouter.

D’un point de vue technique, pourrais tu nous détailler ton travail lors de l’enregistrement de ce CD ?

Question difficile, je vais tâcher de faire simple… Les musiciens étaient positionnés de la même manière que s’ils jouaient derrière une société. J’ai installé plusieurs micros captant chaque type d’instrument ainsi qu’ un système principal à 3 micros pour la captation d’ensemble. Il y a eu une trentaine de micros au total et chaque micro a été enregistré sur une piste séparée. Le but était d’avoir un maximum de matière et de pouvoir sélectionner les pistes qui pouvaient apporter quelque chose de pertinent lors du mixage.

Les musiciens ont joué ensemble et la plupart des morceaux ont été enregistrés en une prise! Il y a eu ensuite un très long travail d’ édition et de “nettoyage” des différentes pistes pour les préparer au mixage. Le mixage a quand à lui été fait dans un studio. Chaque air a été mixé de façon indépendante tout en gardant une couleur et une ambiance générale cohérente. Les airs ont ensuite été monté bout à bout pour que l’ensemble puisse être écouté en continu. J’ai travaillé 4 mois pour arriver à ce résultat.

As-tu eu des complications à mener à bien ce projet ?

Je n’ai pas choisi d’éditeur, j’ai été nié par des distributeurs. Il a donc fallu se débrouiller… Le projet a été financé par l’ ASBL Un Soir A Binche car je souhaitais que celui-ci soit indépendant et que les éventuels bénéfices servent à quelque chose. Je dirai juste que l’important est de croire en ce qu’on fait et les choses arrivent. Il y a bien eu des difficultés mais je retiendrai le plaisir et la fierté que j’ai ressenti lorsque j’ai reçu la première livraison de CDs J’ai mené ce projet de A à Z avec évidemment beaucoup de soutien. Certes j’ai énormément douté mais je m’étais donné un objectif.

Comment peux-on se procurer le CD ?

Le CD physique est disponible à l’office du tourisme de Binche, au musée du masque, chez Musicool ainsi que chez Vansippe à Binche.
L’album est disponible en streaming et téléchargement dans le monde entier sur toutes les plateformes.